Reçois nos articles dans ta boîte mail.

Abonne toi aujourd'hui et reçois notre dose d'inspiration chaque semaine.

Nous ne spammons jamais 😉 Powered by ConvertKit

Salut Philippe, est-ce que tu pourrais te présenter ?

Salut, je m’appelle Philippe Wagner, j’ai 28 ans, et je suis co-fondateur de Captain Contrat, le département juridique en ligne des TPE/PME.

Je suis originaire d’Alsace, où j’ai fait mon lycée et ma prépa, avant d’aller à Paris pour faire mes études à HEC. En dehors du bureau, je suis amateur de cuisine et je pratique le triathlon aussi souvent que possible, c’est à dire trop peu malheureusement.

 

Après avoir fait HEC, toutes les portes s’ouvraient à toi mais tu as décidé d’entreprendre, pourquoi ?

Au collège déjà, j’avais un peu la fibre entrepreneuriale. J’ai appris à coder très jeune. Avec mon frère Maxime, nous avons créé une première entreprise de site de jeux en ligne quand j’étais en seconde. Nous n’avions pas de salarié mais nous avions déjà un business et cela nous plaisait. Quelque part, je savais au fond de moi que je voulais retourner sur cette voie après mes études. Je voudrais créer mon entreprise. C’est pour cela que j’ai suivi un cursus entrepreneurial à HEC et que je me suis lancé à la sortie d’école.

Tu peux nous parler un peu de Captain Contrat ?

Captain Contrat c’est le département juridique en ligne des TPE/PME. C’est une plateforme qui permet la création automatique de contrats et la gestion d’une market-place d’avocats. Les algorithmes et l’intelligence artificielle sont au cœur du développement de Captain Contrat, dans une période où les avocats doivent se saisir des nouvelles technologies pour mieux servir leurs clients. Ce dispositif permet de proposer des prix 3 à 4 fois inférieurs à ceux du marché et ainsi faciliter l’accès au droit de toutes les TPE/PME et startups.

Captain Contrat a été fondée en 2013, avec au départ, un souvenir personnel de la difficulté de répondre à ses besoins juridiques. On a creusé en rencontrant des chefs d’entreprises mais aussi des avocats et on s’est rendus compte qu’il fallait vraiment faire quelque chose pour simplifier l’accès au droit. On s’est lancés avec un capital limité et avons développé la société « en bon père de famille » jusqu’en avril de cette année où nous avons décidé de lever 1 million d’euros pour accélérer notre développement. Nous sommes désormais une équipe de 20 personnes et serons 30 d’ici la fin de l’année.


Tu as fondé l’entreprise avec ton frère, comment ça se passe ?

Monter sa boîte avec son frère c’est à la fois très pratique car on ose plus facilement se dire les choses pour faire avancer l’entreprise mais c’est également risqué, en tout cas c’est ce que nous disent les gens ! C’est vrai que si ça se passe mal, ça peut mettre en péril les relations de famille. Dans notre cas, on n’est pas très inquiets, on communique bien, on se connaît bien et cela nous facilite le travail et la collaboration au quotidien. Après, ça dépend des familles, il n’y a pas de règle en la matière !

 

Comment vois-tu l’évolution de la dématérialisation de l’accompagnement juridique ?

Nous ne sommes qu’au début de cette dématérialisation. Pour l’instant, seule la rédaction de documents juridiques en fait vraiment l’objet. Mais le document juridique n’est qu’une petite partie de ce qu’on peut attendre un accompagnement juridique. La dématérialisation va progressivement s’imposer en matière de consultations juridiques, d’audits fiscaux ou sociaux (pour vérifier les risques inhérents à des contrats de travail par exemple), de signature électronique, d’archivage de contrat et même de rappel d’échéances, tout cela dans le but de permettre au dirigeant d’entreprise d’avoir un accompagnement juridique sur tous les plans et à moindre frais.

 

Quels sont les plus gros défis que tu as dû relever dans le cadre du développement de Captain contrat ?

Lancer un nouvelle façon de consommer n’est pas toujours facile. Avant Captain Contrat, les TPE/PME avaient soit un avocat / expert-comptable pour faire leur juridique, soit utilisaient des modèles de documents juridiques standards. Captain Contrat apporte une nouvelle manière de « consommer » le droit, en permettant de bénéficier des avantages du numérique tout en gardant la valeur ajoutée de l’expertise des avocats. C’était un pari risqué, mais qui visiblement a convaincu les quelques milliers de clients TPE/PME qui font déjà confiance à Captain Contrat pour leur juridique ! Avec du recul, je pense que c’est surtout la simplicité d’utilisation des services Captain Contrat, la vulgarisation des termes juridiques sans nuire à la qualité des conseils des avocats, ainsi que les tarifs maîtrisés qui ont fait la différence dans le cœur des clients TPE/PME.

Tu fais partie du programme moteur de réussite de Google, comment cela s’est passé pour l’intégrer ? Qu’est-ce que cela t’apporte ?

Nous avons été repérés par Google alors que le programme venait d’être lancé en France et en Europe. Nous avons confirmé notre intérêt pour l’intégrer et nous participons depuis à tous les événements entre Dublin, Bruxelles et Paris. Cela nous apporte des solutions con
crètes dans nos défis de référencement payant ainsi qu’une formidable opportunité de networking avec des entrepreneurs de toute l’Europe.

Qu’est-ce qui te pousse à te lever le matin et où puises ton énergie ?

En tant qu’amoureux de l’entrepreneuriat, c’est le fait de proposer un service à destination des entreprises, qui les aide dans leur business au quotidien et leur permet de se développer qui me plaît, qui me booste. Et quand un client te remercie parce que tu lui as fait vivre une expérience juridique qu’il n’avait jamais vécue jusqu’alors, c’est une source incroyable de satisfaction.

après hec


3 choses que tu aimes par dessus tout ?

Dans ma vie professionnelle, ce qui me passionne, c’est la façon dont la motivation et l’émulation collectives permettent de décupler les qualités d’une équipe. C’est un travail d’écoute et d’animation au quotidien qui me passionne.

Dans ma vie privée, je pratique le triathlon qui est un sport plein d’exigence, de sacrifices mais c’est un sport équilibré qui contribue grandement à mon bien-être. Et puis je suis par ailleurs très gourmand, j’adore cuisiner et découvrir des spécialités régionales !

 

Une anecdote à nous partager ?

Tous les mois, nous motivons l’équipe autour d’objectifs à atteindre avant la fin du mois. Il y a quelques mois, alors que nous nous rapprochions progressivement de l’objectif mensuel, l’un de nos premiers salariés a souhaité mettre la barre encore plus haut en pariant d’offrir une énorme tournée générale à notre équipe d’une vingtaine de personnes, si nous arrivions à atteindre deux fois l’objectif mensuel. Nous étions le 20 du mois et toute l’équipe s’est littéralement transformée pendant les dix derniers jours pour finalement réussir à atteindre cet objectif assez fou !

 

Quels conseils veux-tu donner à la génération Y ?

Je veux leur dire que nous avons une chance, celle de pouvoir se lancer dans une aventure entrepreneuriale plus facilement que la génération qui nous a précédés. Mais il ne faut pas gâcher cette chance. La plupart des aventures entrepreneuriales y compris associatives qui marchent et perdurent, reposent sur des fondamentaux souvent oubliés : mon business est-il sain ? Est-il viable ? Comment vais-je pérenniser le simple fait de payer mes salariés ? Il faut parfois savoir garder les pieds sur terre, ce qui ne nous empêche pas de rêver !

Quel est ton objectif sur le long terme ?

Je souhaite continuer de porter Captain Contrat vers une offre toujours plus grande à destination des TPE/PME et pourquoi pas, accompagner à notre manière la réussite des TPE/PME, en France et en Europe !