Reçois nos articles dans ta boîte mail.

Abonne toi aujourd'hui et reçois notre dose d'inspiration chaque semaine.

Nous ne spammons jamais 😉 Powered by ConvertKit

Charles Darwin quitte sa Grande-Bretagne natale en 1831 pour explorer les côtes sud-américaines, en tant que naturaliste.

Ce voyage lui permet d’observer la faune et la flore locale, inconnue en Europe, et de poser les bases de sa fameuse théorie de la Sélection Naturelle : une espèce s’adapte à son environnement spécifique et se transforme progressivement en une nouvelle espèce.

Les girafes ne possèdent pas un long cou, car les feuilles qu’elles mangent se trouvent en hauteur.

Les girafes possèdent un long cou, car celles qui possédaient un cou plus court étaient justement incapables de saisir ces feuilles, trop hautes pour elles.

Elles sont mortes de sélection naturelle. Les seules qui ont survécu avaient le cou long, se sont reproduites et ont donné naissance à des girafes naturellement dotées d’un cou long.

L’environnement dans lequel nous évoluons est une donnée sur laquelle nous avons peu d’emprise. Nous devons en connaître les règles, c’est notre seule chance de survie et de s’y adapter.

Qu’est-ce qui vous rend différent ?

« 1 Million de personnes peuvent faire votre job à l’étranger. Qu’est-ce qui vous rend si spécial ? »

Ce message était affiché sur un grand panneau publicitaire, sur le bord d’une autoroute de la Silicon Valley.

Le monde est instable, l’environnement dans lequel nous vivons est plus concurrentiel que jamais et nos diplômes perdent de la valeur.

On peut le regretter, se plaindre ou le nier. Mais rien de tout cela ne nous permet de nous adapter. Alors autant essayer de comprendre les règles du jeu.

  • L’école produit des clones en masse. Les mêmes grandes écoles, les mêmes associations étudiantes, les mêmes spécialisations de Master pour les mêmes stages sur les mêmes missions dans les mêmes grands groupes.
  • Les compétences deviennent obsolètes de plus en plus rapidement. Les écoles techniques forment des étudiants sur des technologies qui évoluent pratiquement tous les ans.
  • Le monde est saturé. Internet est saturé. Il suffit de regarder la croissance exponentielle du nombre de personnes qui se disent expertes en transformation bullshit digitale disruptive agile sur Linkedin.
  • Le cycle de vie des entreprises est de plus en plus court. Dans le même temps, les salariés ont l’impression de tourner en rond au bout d’un an sur un poste.

Face à ces différents constats, la manière traditionnelle dont nous faisions nos choix de carrière doit être totalement revue.

Il n’est simplement plus possible d’établir un plan sur 10 à 15 ans, dans un monde incertain où tout s’accélère.

Reid Hoffman, le fondateur de Linkedin utilise la formule suivante :

« Conventional career planning can work under condition of relative stability, but in times of uncertainty and rapid change, it is severely limiting, if not dangerous »

Dans ce contexte, la flexibilité et la capacité d’adaptation sont devenues les qualités les plus importantes.

Mieux vaut disposer d’un socle de théories et de connaissances très large, pour ensuite développer rapidement certaines compétences spécifiques, en fonction des besoins et du contexte. Plutôt que d’être ultra-spécialisé dans un domaine et ne rien savoir faire d’autre, avec le risque que cette spécialisation disparaisse ou soit automatisée.

Que vendez-vous ?

Que nous soyons entrepreneur, salarié ou artiste, Peter Thiel explique que « tout le monde a un produit à vendre ».

Nous vendons nos capacités mentales, notre énergie ou nos compétences.

Dans « The Startup Of You », Reid Hoffman, le fondateur de Linkedin, nous invite à voir notre carrière comme une start-up.

Comme une start-up, nous opérons dans un environnement concurrentiel et instable. Et pour survivre nous devons développer des avantages compétitifs. Faire ce que les autres ne font pas. Nous détacher des tâches répétitives facilement remplaçables et automatisables. Développer notre créativité.

Faire ce qui est difficile et peu commun.

Il ne s’agit pas uniquement de faire du “personal branding”.

La clef réside surtout dans l’apprentissage continu. Et le drame serait de penser que la phase « éducation » de notre vie s’arrête le jour de la remise de notre diplôme.

Notre cerveau doit constamment être actif, en mouvement et alimenté de nouvelles connaissances. Comme n’importe quel muscle de notre corps.

Dans sa biographie, Benjamin Franklin raconte qu’il dépensait le moindre dollar qu’il possédait dans l’achat de livres. Il voyait sa propre éducation comme un investissement. Couteux sur le court terme. Mais extrêmement bénéfique et rentable sur le long terme, à condition d’être constamment actif.

Lire et développer ses « soft skills » ne nous rapporte pas de bénéfice immédiatement visible ou d’argent à court terme, mais ce sont des activités indispensables pour étendre son socle de connaissances et développer des modèles de pensée efficaces. Pour comprendre et être capable de raisonner de manière rationnelle.

« Si vous étudiez les causes profondes des faillites d’entreprises, encore et encore vous allez trouver une prédisposition vers de la gratification immédiate ». — Clayton Christensen.

Nous ne sommes pas limités par ce que nous sommes aujourd’hui.

Nous disposons tous plus ou moins de la même capacité à apprendre de nouvelles compétences et à progresser. Tout ce que nous ne savons pas se trouve aujourd’hui sur Google. Il est de notre responsabilité de maintenir nos compétences et nos connaissances constamment à jour.

« Your asset mix is not fixed. You can strengthen it by investing in yourself »
— Reid Hoffman.

Soyez unique

Toujours dans « The Startup of You », Reid Hoffman explique que, dans notre carrière, 3 cercles co-existent :

  • Le cercle de nos « aspirations » et de nos passions.
  • Le cercle de nos « assets », à savoir nos compétences et nos connaissances. Il est important de voir ce cercle comme un flux qui évolue et non comme un stock qui reste figé et qui se limite à ce qui est écrit sur notre diplôme.
  • Le cercle du « marché » : existe-t-il quelqu’un prêt à vous payer pour faire ce que vous faites ? Y a-t-il une demande pour votre offre ?

L’objectif est de trouver quelque chose qui soit à l’intersection des 3 cercles. Faire quelque chose qui nous passionne grâce à une compétence que l’on a développé et pour lequel quelqu’un est prêt à payer.

L’intersection de ces 3 cercles est unique pour chaque personne et nous permet de nous démarquer des autres. L’intersection nous rend unique.

 

avantages compétitifs
Strengths = Assets

L’idée implicite qui se cache derrière ce schéma est celle de dire que l’on a intérêt à développer ses forces plutôt que d’essayer de masquer ses faiblesses.

Travailler une faiblesse nous rendra, au mieux, moyens. Travailler une force peut nous rendre bons.

À titre personnel, je viens d’effectuer un stage qui se situait exactement à l’intersection de mes 3 cercles :

  • Passions / Aspirations : j’aime écrire, j’aime le monde de la tech et des startups.
  • Assets : j’avais effectué mon 1er gros stage, d’une durée d’un an, dans une banque à monter des dossiers de demandes de financement pour entreprise. En parallèle, je commençais à écrire régulièrement et à développer cette compétence.
  • Marché : j’ai vu une offre de stage pour une startup Fintech, qui propose une solution d’automatisation du suivi de factures, qui cherchait quelqu’un pour créer du contenu et écrire des articles.

J’étais le candidat idéal pour ce stage. J’aimais écrire, je comprenais le produit, un peu complexe, qui touche au domaine financier et je m’intéressais au monde des start-ups. Je m’y suis épanoui et j’y ai appris beaucoup de choses.

Beta permanente

Reed Hastings, le fondateur de Netflix, parle d’avancer dans sa vie en restant en “beta permanente”.

L’idée est de devenir un « flexible persistant » : bâtir un plan, une vision de ce que l’on souhaite faire et d’où on veut aller, tout en restant attentif à ce qui se passe autour de nous. Ne pas hésiter à changer de direction et à ajuster rapidement son plan, en cas de besoin. Le monde change et la compétition évolue.

Chaque jour constitue une nouvelle opportunité d’apprendre et de se perfectionner. De corriger ses propres « bugs ».

« Même si nous sommes optimistes, nous devons rester vigilants et conserver un sens d’urgence. »,— Jeff Bezos, fondateur d’Amazon.

Il est de notre devoir de maintenir nos compétences et notre vision du monde à jour. Pour être capable de s’adapter rapidement. Pour être capable de saisir les opportunités qui s’offrent à nous.

Bien sûr, ce n’est pas toujours simple et cela demande de se libérer du temps à côté. Souvent, en plus de son activité principale, de son travail ou de ses études. Cela prend du temps et c’est une quête sans fin.

Mais si c’était simple, ça n’aurait aucune valeur.