[convertkit form=5106639

Je viens de passer plus d’une année à lire une grande quantité de livres et d’articles Medium en tout genre. Les enseignements que j’en ai tiré son inestimables et me serviront tout au long de ma vie. Je les considère comme la porte d’entrée vers la sagesse et mes ambitions dans la vie.

L’idée de cet article est d’en retracer les grandes leçons. En gardant bien sur en tête que je suis loin de les appliquer avec perfection. C’est une lutte intérieure sans fin. Un idéal vers lequel tendre. Et agir chaque jour pour s’en rapprocher.

La vision d’Elon Musk sur le cerveau humain a été un bon point de départ pour moi : le cerveau est un software que l’on peut améliorer, entrainer et rendre plus performant. L’objectif étant d’être en perpétuelle mise à jour.

Cet article, rédigé sous forme de conseils, s’adresse avant tout à moi-même. Ainsi qu’à tous ceux qui souhaitent devenir la meilleure version d’eux mêmes et accomplir leur rêves.

Le monde industriel est mort

Le monde industriel attendait de nous que nous respections les règles, que nous trouvions un travail dans une grande organisation et que nous restions dans notre zone de confort. C’est ce que Seth Godin appelle la “supercherie du mythe d’Icare” :

Dans la mythologie Grecque, Icare était enfermé dans une prison à vie, au sud de l’île Grecque de Samos. Pour s’échapper, son père lui fabrique une paire d’ailes qu’il fixe à son corps avec de la cire. Il le prévient toutefois que s’il s’approche trop près du soleil, la cire va fondre et ses ailes se détacheront. Enivré par son pouvoir et sa nouvelle liberté, Icare désobéit et s’approche trop près du soleil : ses ailes se détachent, il finit noyé dans la mer.

Le monde industriel nous a appris à faire taire notre ambition et a crée une culture où il n’est pas bon d’être différent et de se tenir debout. Le monde industriel a essayé de nous faire croire qu’il n’y avait qu’un seul “bon” modèle. Tout comme l’école nous apprend à avoir les bonnes réponses aux examens, plutôt que l’apprentissage réel. “Apprenez par coeur les bonnes réponses et vous réussirez aux examens”.

“L’école nous apprend que la conformité est la vertu suprême et cela dure toute notre vie.” – Idriss Aberkane

Ce monde est mort. La nouvelle norme est à l’exploration, la stimulation intellectuelle, la créativité et la recherche profonde de sens.

Car ce que le mythe d’Icare ne dit pas, c’est qu’à vouloir voler trop bas, on se sent en sécurité : on se fixe des objectifs modestes et des rêves médiocres. Et on passe sa vie à rêver de la vie que l’on aurait pu avoir. Mais nous sommes capable de tellement plus.

“Nous avons construit un monde dans lequel il est possible de voler plus haut que jamais et qu’avons nous fait ? Nous nous sommes laissés convaincre qu’il fallait au contraire voler toujours plus bas” – Seth Godin

Dans l’économie numérique, ce qui compte n’est plus qui on est, mais ce que l’on fait.

L’automatisation des tâches, l’accroissement constant du nombre de diplômés rend la compétition de plus en plus forte et, mécaniquement, nivelle les espérances par le bas. Chaque jour, les diplômes perdent de la valeur. La seule solution est de sortir de la masse, de faire des choses différentes, de créer : de faire de l’art.

Pour Seth Godin, faire de l’art c’est s’approprier de nouveaux territoires, prendre des risques, sortir des sentiers battus, connecter des gens et des idées, travailler sans forcément savoir où l’on va, exprimer son opinion quand la bonne réponse n’existe pas, se rendre vulnérable. Remettre en cause le statut quo. Aller à contre-courant. Se rebeller.

Et c’est devenu notre seule chance de survie.

Notre monde n’a pas besoin de plus de cuisinier qui exécutent les ordres avec discipline et perfection, il a besoin de chefs qui innovent, créent et bouleversent les normes.

“La foule a toujours tort. La foule veut du pain et des jeux, des lions et des gladiateurs.” – Seth Godin

meilleure version de soi-même
La chute d’Icare

La réalité est négociable

“Tout ce qui vous entoure et que vous appelez la vie a été fabriqué par des gens qui ne sont pas plus intelligents. Vous pouvez la changer, vous pouvez l’influencer.” – Steve Jobs

Nous sommes entrés dans le monde des possibles. Tout est accessible à portée de clic et la plupart d’entre nous n’en mesurons pas suffisamment la portée.

Désormais, la bonne attitude à adopter est celle d’un explorateur au moment des Grandes Découvertes : accepter de voyager dans le flou. De ne pas forcément savoir où on va aller. D’expérimenter sans cesse.

Personne ne vous choisira jamais. L’histoire du PDG qui vous remarque et vous invite à déjeuner avec lui car vous lui avez tapé dans l’oeil est un mythe Hollywoodien fabriqué par le monde industriel.Pour vous vendre de l’espoir. Pour vous rendre docile.

L’idée qu’il existe une poignée “d’élus” au grand destin et tous les autres qui doivent se contenter d’une existence médiocre est une vaste escroquerie. Il dépend de chacun de tracer sa propre route.

Choisissez-vous. Créez votre parcours. Plus que jamais, c’est accessible à tout le monde. Il n’y a plus de carrière tracée et de ligne droite. La qualité première doit être celle de la flexibilité.

“La réalité n’est qu’une illusion, bien que très tenace.” – Albert Einstein

Il est facile de passer son temps à se plaindre. Des conditions économiques. Du marché du travail sclérosé. De sa dernière photo Instagram qui n’a pas pris assez de Likes. D’accuser le monde qui conspire contre vous.

La réalité est que dans notre économie connectée, il n’y a jamais eu autant d’opportunités. Le numérique a détruit toutes les barrières. La seule question à se poser est la suivante :

→ Allez-vous laisser le train partir sans vous ?

« Et pourquoi devrions-nous être en colère contre le monde ?
Comme si le monde allait le remarquer ! » – Euripides

meilleure version de soi-même

Obstacle is the way, Ego is the enemy

“Pratiquement tout le temps, votre chemin vers le succès passera par un endroit appelé “l’échec’” – Bill Walsh

Être ambitieux et vouloir accomplir de grandes choses est très motivant et encourageant. Mais il est essentiel de rester conscient de l’effort que cela requiert.

Vous ne pourrez pas directement vous asseoir à la table des plus grands. Vous devez d’abord avancer petit à petit, faire vos preuves et montrer votre vraie valeur.

Personne n’échappe à l’échec. Si vous voulez vraiment être un artiste, la règle de base est de ne pas s’attacher au résultat, mais au processus.

Si vous basez votre bonheur sur les applaudissements du public, vous ne serez jamais satisfait. Votre seul indicateur doit être votre niveau interne d’exigence. Avez-vous fait tout ce qui était possible pour réussir ?

Vous devez apprécier le voyage plus que la destination. Car l’échec est inévitable. Il fait partie de l’incertitude du monde et de la vie d’artiste des temps modernes. Ce qui compte sera votre capacité à rebondir et à apprendre de ces échecs.

“From the ruins come the opportunity for great progress and improvement” – Ryan Holiday

L’erreur n’est que passagère et ne remet par en cause votre qualité en tant qu’être humain. La seule vérité est votre travail et l’effort quotidien que vous mettez.

Devenir un artiste demande de l’humilité. Pour assouvir son ambition et accomplir de grandes choses, il est impératif de rester humble en toute circonstance.

Cela demande de mettre son ego de côté. Et c’est loin d’être chose aisée. Pour Ryan Holiday, l’ego est “un sentiment non sain de notre propre importance. De l’arrogance. L’ego nous rend aveugle. Nous détourne de nos objectifs de long terme pour des récompenses à court terme”.

On ne peut pas apprendre si on est persuadé de tout savoir. C’est là tout le sens de la fameuse formule :

“Je sais seulement que je ne sais rien” – Socrate

La vraie qualité n’est plus d’avoir les bonnes réponses, mais de poser les bonnes questions.

meilleure version de soi-même
Socrate et ses disciples

Dead or Alive time ?

Pour Robert Greene, il existe deux types de période dans notre vie :

  • Les dead times : pendant ces moments nous sommes passifs. Nous laissons les événements avoir une emprise sur nous et les subissons.
  • Les alive times : pendant ces périodes chaque jour est utilisé pour devenir meilleur que la veille. Nous agissons concrètement au quotidien et voyons chaque instant comme une opportunité d’apprendre.

Notre ego a tendance à nous tirer dans les dead times : il nous fait nous plaindre de la situation et nous affirme que nous méritons mieux. Il transforme une petite contrariété en une attaque personnelle. La haine est facile, cela rend quelqu’un responsable.

Faites exactement l’inverse. Tâchez de rester constamment dans les alives times. Même dans la pire des situations. Voyez chaque échec comme une leçon et une opportunité de grandir.

La clef réside dans l’apprentissage et ce qu’Idriss Aberkane appelle la “pratique passionnée”.

Prodige = Pratique passionnée + tendance forte à ne pas rester à sa place. – Idriss Aberkane

Entrainez-vous de manière délibérée à devenir meilleur. No pain no gain. Tâchez de devenir un expert dans un domaine qui vous passionne. Transformez le travail en loisir. Suivez la voie que vous avez toujours voulu suivre.

Au début vous serez timide et vous sentirez mal. Votre cerveau reptilien vous brouillera la vue pour se protéger. Vous dira que vous êtes irresponsable.

Mais repoussez sans cesse votre zone de confort. Jour après jour vous progresserez et projet après projet votre impact sur le monde sera de plus en plus important.

Dans son autobiographie, Phil Knight, le créateur de Nike, résume admirablement bien l’idée que je veux transmettre : “ne cherchez pas un travail, une profession ou une carrière. Cherchez une vocation. Même si aujourd’hui vous ne savez pas vraiment ce que cela signifie, cherchez la.

“Votre temps est limité, alors ne le gâchez pas à vivre la vie de quelqu’un d’autre. Ne vous laissez pas piéger par les dogmes — car c’est vivre dans le résultat de la pensée de quelqu’un d’autre. Ayez le courage de suivre votre coeur et votre intuition.” Steve Jobs, discours de Stanford, 2006