Reçois nos articles dans ta boîte mail.

Abonne toi aujourd'hui et reçois notre dose d'inspiration chaque semaine.

Nous ne spammons jamais 😉 Powered by ConvertKit

En 1972, Walter Mischel invite des enfants à s’installer dans une pièce. Il leur offre à chacun un marshmallow, puis ferme la porte.

Non, Mischel n’est pas en train de séquestrer des enfants. Il est psychologue de l’université de Stanford. Si l’enfant résiste à l’envie de manger le marshmallow, il en obtient deux autres en guise de récompense.

Les scientifiques analysent alors la durée pendant laquelle chaque enfant résiste à la tentation. Ils démontrent ainsi qu’une grande patience est synonyme de succès.

Aujourd’hui, il nous arrive à tous de ne pas réussir à atteindre les objectifs fixés. Nous nous focalisons sur l’objectif plutôt que sur le moyen d’y parvenir.

Nous échouons, car nous pensons court-terme et plaisir immédiat.

Dans cet article, nous allons comprendre :

  • Pourquoi nous n’arrivons pas à atteindre nos objectifs ?
  • Comment décliner ses objectifs en habitudes ?
  • Pourquoi faut-il muscler sa volonté ?

Nous sur-estimons nos objectifs ! 🎯

Aujourd’hui, vous avez décidé de devenir riche. Votre prêt étudiant doit être remboursé. Vous en avez marre de manger des pâtes au beurre tous les soirs. Ou bien, vous êtes simplement tombé sur une vidéo de Garyvee pour gagner votre premier million.

Votre approche est alors celle de monsieur Tout Lemonde. On peut la conceptualiser comme suit :

  • Commençons par gagner nos premiers 100 €
  • Ok, étape supérieure : 1 000 €
  • Un peu plus compliqué maintenant, le cap des 10 000 €.
  • Objectif atteint. Difficilement. Le palier des 100 000 € paraît insurmontable.
  • Trop dur. On abandonne et on court s’acheter le dernier écran plat incurvé, 4K et 3D.
  • Mais vos rêves de devenir riche se sont envolés avec.

Rassurez-vous, le sujet de cet article n’est pas un énième tuto pour “Devenir Riche en 30 jours, la méthode miracle”.

Lorsqu’on écoute certaines personnes qui ont pu réussir, leur état d’esprit est assez différent.

  • Commençons par gagner nos premiers 100 €
  • Investissons ces 100 € dans des outils, formations, livres, … qui peuvent éventuellement nous permettre de gagner nos prochains 1 000 €.
  • Investissons ces 1 000 € dans des outils, formations, livres, … qui peuvent éventuellement nous permettre de gagner nos prochains 10 000 €.
  • Investissons ces 10 000 € dans des outils, formations, livres, … qui peuvent éventuellement nous permettre de gagner nos prochains 100 000 €.

Vous commencez à comprendre ?

On est face à deux états d’esprit différents. D’un côté, nous avons des personnes qui perçoivent l’argent comme quelque chose qu’il faut dépenser — spending mindset.

De l’autre côté, il y a des personnes qui pensent l’argent comme une ressource à investir — investing mindset.

Pourquoi est-ce que je vous parle de ça ?

Parce que ce modèle peut aussi s’appliquer pour créer des bonnes habitudes et atteindre (enfin) ses objectifs.

Là encore, l’idée n’est pas de vous parler de Miracle Morning et autres routines miracles. En revanche, aucun objectif ne peut être atteint sans habitude.

Prenons un exemple. Casey Neistat. Il est youtubeur américain, connu pour avoir démocratisé le Vlog (contraction de vidéo et blog), pour mettre en scène sa vie à New York. Aujourd’hui, plus de 8 millions de personnes le suivent.

Son objectif était d’être indépendant en gagnant suffisamment d’argent grâce à son contenu vidéo. Mais, pour y parvenir, encore fallait-il qu’il créé ses fameuses vidéos. Il a donc décidé de publier une vidéo par jour pendant plus d’un an et demi, ce qui a permit de créer une habitude chez ses fans et d’accélérer sa notoriété.

Comment transformer un objectif en action ?

Bientôt la fin de l’année, et avec elle de nouvelles résolutions vont arriver. La plus connue de toutes : perdre du poids.

On commence l’année, décidé, après une inscription à une salle de sport. Le premier mois se passe bien, notre motivation est à son maximum. Le mois de février est déjà là, et c’est tout de suite bien plus compliqué. Rapidement, les heures passées à la salle de sport ne sont plus qu’un lointain souvenir.

Nous nous concentrons sur notre discipline, en ne réussissant pas à créer de solides habitudes. Lorsqu’on ne voit pas de progrès arriver, on se décourage vite.

Si je reprends mon exemple, perdre 10 kilos demande un effort considérable. Beaucoup abandonnent, sans rien avoir changé. Le sentiment de défaite en plus.

Comment changer ça ?

Nous n’aimons pas travailler sur des habitudes. Un objectif sonne bien plus cool. Entre devenir un auteur célèbre ou s’asseoir tous les matins devant son ordinateur pour écrire 500 mots, le choix est vite fait. Et pourtant, l’un ne va pas sans l’autre.

L’objectif ne sera jamais atteint sans une habitude ancrée dans notre esprit. Les habitudes sont répétitives et long-termistes. Elles représentent, l’investing mindset.

Elles se créent lorsque vous êtes capable de répéter un processus ou une tâche sur la durée. Lorsque ce processus vous est familier, il devient automatique. Vous n’avez alors plus besoin de vous discipliner pour réussir.

Dans son livre Power of Habit, Charles Duhigg explique comment former et tenir des habitudes sur le long terme. Encore une fois, pas de recettes miracle. Son approche est extrêmement concrète.

Les habitudes sont le résultat de trois éléments :

prendre des résolutions

Par exemple, si vous avez pris l’habitude de boire beaucoup de café. Cette envie est déclenchée par un repère ; la fin d’un repas ou le début de votre journée de travail.

Cet événement externe déclenche votre désir de boire un café. Vous vous servez votre café et votre cerveau vous récompense : meilleure forme, prêt à travailler et de bonne humeur pour commencer la journée.

Pour réussir à créer de nouvelles habitudes — ou stopper les anciennes, nous devons nous focaliser sur les situations qui déclenchent ces habitudes, plus que sur notre comportement à cet instant. — extrait de Predicting Habit

Essayons de mieux comprendre. Je veux faire du sport plus souvent. Plutôt que de développer une routine “faire du sport”, je me focalise sur ce qui pourrait m’inciter à faire du sport.

Je me mets en situation. Lorsque je rentre chez moi à la fin de la journée, je vais directement dans ma chambre me changer, pour enfiler des affaires de sport. Sans trop me poser de questions, je suis maintenant prêt à aller courir.

Après un moment, ce réflexe devient quasiment automatique. C’est exactement le même que celui d’ouvrir Instagram en prenant son café le matin.

Et, lorsque vous n’avez pas votre portable à portée de main à ce moment-là, vous sentez que quelque chose est différent.

prendre des résolutions

Lorsque l’on commence à mettre en place une habitude, cela nous demande de l’effort et de la volonté. La pratique répétée entraîne notre cerveau qui transforme un nouveau comportement en habitude.

L’idée est de commencer petit. Il ne sert à rien de vouloir se fixer des habitudes trop ambitieuses. Si vous n’avez pas l’habitude lire, je ne suis pas sûr que lire 100 pages par jour soit une habitude que vous tiendrez, du jour au lendemain.

Notre volonté a besoin de se muscler ! 💪🏼

Lorsque l’on écoute des entrepreneurs ou des auteurs de best-sellers parler de leur routine et de leur productivité, on a l’impression que tout est facile.

Lorsqu’on voit un champion gagner une compétition, on se dit pourquoi pas moi.

Nous sommes focalisés sur les objectifs qu’ils ont réussi à atteindre sans s’attarder sur l’ensemble des habitudes qu’ils ont pu mettre en place pour y arriver.

L’objectif est plus sexy que le travail quotidien qu’il a fallu faire pour en arriver là. Mais, quand on creuse un peu, on s’aperçoit que chacun a ses propres routines permettant d’atteindre ses objectifs. Tous ont avancé, un pas après l’autre, étape par étape.

http://www.canalplus.fr/sport/pid2708-interieur-sport.html?vid=1451476

Ce reportage permet de comprendre dans quel état d’esprit le boxeur Tony Yoka a décidé d’être pour devenir champion du monde.

En 1998, le psychologue Roy Baumeister a fait une découverte surprenante. Il a demandé à un échantillon de personnes de résister à l’envie de manger malgré leur faim.

Il s’est avéré qu’ils étaient ensuite moins efficaces lorsqu’il fallait résoudre des tâches complexes, en comparaison avec des personnes pouvant manger ce qu’il y avait en face d’eux. Pensant à un coup de chance, il répéta l’expérience des dizaines de fois, et les résultats restèrent les mêmes.

Les personnes contraintes d’exercer leur volonté pour se concentrer sur une tâche, seront moins bonnes pour réaliser les prochaines tâches complexes.

Ce qui veut dire que notre volonté à faire les choses est limitée, et peut être épuisée. Chacun de nous a une réserve, qu’il peut utiliser comme il le souhaite au cours de sa journée.

En psychologie, on parle d’ego depletion — l’épuisement de l’ego. C’est pourquoi, après une bonne journée de travail, il est difficile de se remettre sur des tâches qui nous demandent de la réflexion et de la concentration.

Mais ce n’est pas une excuse pour ne rien faire en rentrant du boulot ! Cette volonté se travaille ! Elle est le résultat de petites actions mises bout à bout.

La plupart des gens améliorent leur volonté en accomplissant des tâches ponctuelles. Mais ce travail doit être réfléchi et pensé sur le long terme.

Pensez à ça. Une personne qui se lève tous les matins, fait son lit, termine tout son travail avant midi, s’entraîne à jouer d’un instrument l’après-midi, apprend une nouvelle langue sur son temps libre, va à la salle de sport tous les soirs, suis ses dépenses et récupère un chat coincé dans un arbre.

Pensez-vous vraiment qu’elle s’est forcé à prendre toutes ces décisions, et ce, tous les jours ?

Bien sûr que non. Son “compteur de volonté” serait épuisé en milieu d’après-midi.

Des études ont montré que les personnes qui se fixent plusieurs objectifs au même moment, n’arrivent pas à en accomplir un seul. Elles dépensent leur quota de volonté sans arriver à transformer une répétition en habitude.

Nous sommes impatients. Nous voulons tout accomplir, le plus rapidement possible.

Comment faire pour changer ça ?

30 jours. C’est le temps qu’il nous faut pour transformer un effort en habitude.

prendre des résolutions

Choisissez une habitude que vous souhaitez adopter et faites l’effort tous les jours, pendant 30 jours.

Une fois que vous aurez réussi, cet effort va commencer à devenir automatique. C’est à ce moment-là que vous pourrez essayer de complexifier votre habitude. Courir 15 minutes de plus. Lire 30 pages supplémentaires. Boire une tasse de café en moins.

Cette technique n’est pas miracle. En restant dans votre canapé, vous n’y arriverez pas. Cela demande de l’effort, mais le résultat vous motivera pour en faire plus !

Mon retour sur deux habitudes ✌🏼

Vous comprenez maintenant, qu’un objectif seul ne suffit plus. Votre volonté est un muscle qu’il faut travailler pour transformer vos efforts en habitude.

Ces habitudes vous permettront ainsi d’atteindre vos objectifs. Encore une fois, il ne s’agit pas de mettre en place 15 habitudes, du jour au lendemain.

Je vous partage ce que j’ai réussi à mettre en place pour atteindre des objectifs que je m’étais fixé.

LIRE

Si vous en êtes arrivé là dans l’article, c’est que vous aimez déjà lire. Je ne vais donc pas vous expliquer ce que la lecture a de magique ! Depuis que je lis régulièrement, je me sens bien, mieux informé, avec cette soif d’en apprendre toujours plus.

Un journaliste a un jour posé cette question à Warren Buffett :

Quelle est la meilleure chose dans laquelle de jeunes étudiants doivent investir ? Il a répondu : La connaissance.

L’argent vient et s’en va, les gens viennent et s’en vont, mais ce que vous savez ne vous quitte jamais.

Le principal problème avec la lecture est que les gens se forcent à lire des livres qu’ils devraient lire. Je pense que cette méthode ne marche pas.

Lisez ce que vous avez envie de lire. Personne ne vous jugera. Si vous n’aimez pas un livre, arrêtez-le.

Pour ma part, j’aime varier mes lectures. Je passe régulièrement de la science-fiction à la non-fiction. Lorsque j’ai commencé, je lisais 20 minutes par jour, tous les jours puis, quand c’est devenu une habitude, j’ai augmenté progressivement (et naturellement) ce temps.

ECRIRE

Je trouve qu’écrire permet de structurer sa pensée et ses idées. Cela nous force à raisonner et à construire une argumentation et un enchaînement d’idées.

L’écriture peut prendre différentes formes : article, journal, poésie, e-mail, dossier, critique, etc.

Alors, j’entends souvent “Mais je ne sais pas écrire !”.

Rassurez-vous, Stephen King n’est pas né écrivain. L’écriture, comme toute discipline, s’apprend. Et cet apprentissage se fait aussi par la répétition. Le chemin n’est pas toujours amusant, mais c’est aussi le prix à payer.

Si je pouvais vous donner un conseil pour commencer à écrire : Écrivez sur tout et n’importe quoi. Ne vous limitez pas au support. Vos notes sur votre téléphone sont un très bon moyen de débuter.

Vous terminez un livre ? Résumez-le en quelques phrases.

Vous êtes allé au cinéma ? Écrivez une critique sur Allociné.

Vous profitez des vacances ? Racontez votre journée en quelques lignes.

Vous patientez sagement dans les transports ? Écrivez ce qui vous passe par la tête.

Ce sont ces petites actions qui deviendront bientôt automatiques.

Et maintenant ?

Reprenez votre prochain objectif.

Définissez un moyen de l’atteindre.

Transformez vos efforts en habitudes.

Il est temps d’accomplir votre objectif ! 🚀